Dr. Edward Bach

Le docteur Edward Bach

Le docteur Bach Né en Angleterre en 1886, Edward Bach dès l’enfance, aimait être au contact de la Nature. Très sensible et de nature aimante, il voulût très tôt être médécin. Après avoir été diplômé, il fut bactériologiste, immunologiste et dans ces spécialités, il a fait progresser la medecine avec ses découvertes concernant les maladies chroniques : les nosodes de Bach.

Pour lui, Ceux qui souffrent ne peuvent être soulagés que par la suppression de la cause profonde du mal.

C’est cette certitude qui le poussa à explorer de nouveaux horizons de recherche, au service de cette cause.

 

Insatisfait des résultats de ses travaux pour soulager les souffrances dans le cadre de la médecine allopathique conventionnelle, il se tourna vers l’homéopathie dont il partageait le principe de base :  traiter le malade selon ses symptômes particuliers, et non traiter la maladie de la même manière générale appliquée à tous les malades, comme le fait la médecine allopathique.

Mais il finit par abandonner également son cabinet d’homéopathe, fort réputé, les honneurs du monde médical, la réussite et la notoriété acquises par ses découvertes en immunologie (les nosodes de Bach).
De plus en plus fort, de plus en plus loin, de plus en plus sensible, de plus en plus  subtil, il partit en quête de la “Vraie” médecine qui selon lui, était dans la Nature, bienfaisante pour l’Àme Soi-même.

De cette quête, est née “la méthode de Bien être des fleurs de Bach“.
Le postulat du bon docteur est que le Vivant est traversé par des émotions qu’il appela “universelles”. Lorsque ces émotions sont prègnantes, négatives, enracinées, notre bien être s’en ressent, pouvant même aller jusqu’à des troubles physiques, des maladies.
En observant ses semblables en toute occasion, et par son expérience personnelle,  il définit précisément ces 38 émotions négatives à la source de “tous les maux”..
Guidé par ses hautes aspirations et les sens subtils qu’il avait su développer, il partit en quête des 38 végétaux purs et bienfaisants qu’il s’était donné pour mission de découvrir, et d’une méthode simple pour en extraire la “quintessence”.

Le docteur  Bach nous a offert un seul humble petit livre, “la guérison par les fleurs”.
Il l’a voulu ainsi.
C’est à partir principalement de ce recueil que tous auteurs sur les fleurs de Bach lui ayant succédé, puisent les propos de leurs ouvrages. Beaucoup de ces livres détaillent et interrogent son oeuvre, comment il observa les comportements de ses semblables, comment il répertoria les émotions universelles qui pouvaient les affecter, comment il parcourut la nature, observant les “gestes” des plantes , comment il trouva les fleurs pouvant agir sur ces attitudes mentales qu’il définissait comme “la cause profonde du mal” et “l’obstacle au rétablissement de la santé”.

De constitution fragile, cet être sensible quitta le monde en 1936, à 50 ans.

Il nous a légué sa méthode de bien être qu’il a voulu pure, simple et bénéfique, accessible à tous.

  • Il nous a dit  : “Guéris-toi toi même”