Le Jardin des Fleurs

"WILD ROSE"

je vous invite à

"CERATO"

“CERATO”

Une promenade au jardin des fleurs de Bach

La Nature Sauvage est le Grand Jardin où s’épanouissent les fleurs de Bach.
Dans cette nature sauvage et pure, les fleurs croissent et vibrent, confiantes en l’Univers, selon la volonté des vents, des eaux ou des oiseaux qui font voyager leurs graines. Elles s’enracinent, là où elles sont, simplement, si elles sentent la terre chaude et réceptive à leurs besoins.
La Nature est aussi le laboratoire où naissent les élixirs (ou les teintures-mère), entre ciel et terre, entre feu et eau.

Mes parcours quotidiens me permettent de voir évoluer les végétaux vers leur floraison, de les observer du printemps à l’hiver, dans leur métamorphose.

Par ici, dans un petit vallon en contrebas, m’attendaient les fleurs à mon arrivée. Elles ont poussé tout ce temps de friche, se sont cachées sous d’autres végétaux, ont parfois frôlé l’étouffement sous les lianes odorantes, ont enraciné pour moi leurs promesses d’élixirs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

“ROCK ROSE”

Au fil des saisons, elles me surprennent et m’émerveillent, apparaissant tel l’hélianthème, petit soleil étincelant qui a tapissé un premier beau matin de juin un des espaces que mon coeur avait déjà réservé aux fleurs.

Le long  de l’eau qui court et chante, je parcours le petit sentier bordé de fleurs de Bach sauvages, la clématite, le chèvrefeuille, le pommier et le prunier sauvages, le houx.

Ce  chemin dérobé, tracé par les sabots têtus des sangliers, les pattes agiles des renards,  et toutes ces empreintes encore lourdes du poids de bêtes qui en ont marqué le sol, ce sentier remonte la colline. Il contourne le grand jardin, qui s’étonne des frémissements qui agitent sa surface aux premiers travaux de désherbage et de cultures. J’y observe en souriant de plaisir, l’aigremoine et le rock rose qui balanceront leurs floraisons aux douces brises de l’été.


Partout les clématites s’accrochent, l’une au grand genêt, l’autre aux branches les plus hautes d’un grand sapin. Après tant d’efforts pour parvenir à la lumière, elle s’épanouissent partout , en victorieuses grappes d’un blanc crème apaisant. Bientôt, à la fin de l’été, elles enrouleront leur nuage féerique autour de la petite maison, et j’en apprécierais la simple magie tout l’hiver, illusion de neige, ou de floraison sur les arbres…

"CLEMATIS"

“CLEMATIS”


LE PRINTEMPS DES FLEURS

Dès la fin de l’hiver, quand frémit à peine le printemps nouveau, les  bourgeons des fleurs d’arbres s’éveillent, se gonflent comme des écrins qui s’ouvriront bientôt sur leurs  fleurs délicates. Les arbres renaissent sous la douceur du mois de mars.

Un fouillis exubérant de ronces et de roses sauvages entremêlées au lierre et aux racines, protège ce  trésor végétal, inestimable dans sa pureté première, sa qualité sauvage.

Le Crab Apple fête lui aussi le printemps en offrant ses bouquets de boutons roses qui s’ouvrent dans une merveilleuse et pure blancheur de Floraison début d’avril, après l’apparition des feuilles.
Courageux, il pousse entremêlé avec du chêne vert et des buis, réputés pour faire fuir toute végétation. Le crab apple est purificateur sans doute aussi des sols comme il l’est de nos coeurs empoisonnés par les émotions.


Le temps est à la pluie et le froid fait son retour.  En attendant le soleil qui brillera bientôt , tout le mois de mai offre la perfection de Star of bethleem.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


L’ETE DES FLEURS

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans cet environnement, dans le grand jardin de la Nature, j’ai déposé des bouquets de racines de cerato sous l’humus des terrasses et enfoncé au plus profond que possible les oignons de l’étoile de bethleem afin que peut être, elles s’y apprivoisent au fil des ans, s’y enracinent et pour longtemps. Restera ce souvenir de mirelune dans le petit vallon…

Elles poussent de bon coeur, en toute amitié, appelant même auprès d’elle d’autres fleurs guérisseuses le fol avoine, “Wild Oat”, et la “Clematis”, sous l’ombre bienfaitrice du chêne, “Oak”.

Cet invisible  sentier se dessine autour des fleurs, des simples et des arbres, je l’emprunte pour observer les plantes que j’affectionne, par pur plaisir de me sentir libre dans la nature sauvage et en harmonie avec l’univers. je suis l’herbe et je suis le vent, le chant du ruisseau et la racine immergée du frêne.

Sur ce chemin secret, je laisse le temps créer mon intention. Ce qui m’enchante dans la démarche du docteur Bach, c’est de respecter la nature sauvage des simples, de les préserver dans leur état naturel, de n’y apporter aucune modification de taille, c’est aussi de ne prélever de la plante que ses fleurs, et en quantité très limitée, et même dans l’alchimie de l’élixir, d’essayer de laisser transparente et légère l’inévitable empreinte de ma joie.


Mirelune