Cerato la Guérisseuse

Ecoutez donc ce que les vents glacés ou étaient ils brûlants ? m’ont soufflé à l’oreille pendant que je me promenais au pied des hauts sommets, là où poussent en vagues bleues les pieds fleuris du cerato. La bise et les brises ont porté jusqu’ici l’écho de l’histoire d’une belle enfant qui vivait tout là haut vers les sommets neigeux… Cette enfant savait tant de choses merveilleuses sur les êtres de la nature qui la berçaient depuis toujours, sur les mille étoiles qui peuplaient son ciel de lit, sur les herbes et les plantes qui nourrissent et guérissent sans jamais faillir, sur la pluie et la force de l’eau et sur le silence, oui, elle savait toutes ces richesses de l’Univers et pourtant…

Pourtant et c’était bien là son drame, elle manquait de certitudes en toutes situations et cela ne s’arrangeait pas avec l’âge tant et si bien qu’elle grandit ainsi, craintive dans ces choix, et cela durait encore quand elle devint jeune fille et puis femme. C’est ce manque d’assurance, ces doutes permanents, qui ternissaient sa beauté et ses jours…

Elle craignait toujours de se tromper, toujours doutait de ses intuitions. Elle demandait sans cesse l’avis de ses amis et de ses proches, et souvent pour elle, le dernier qui avait parlé avait raison.  A écouter tant d’avis différents du sien,   elle faisait de mauvais choix et constatant plus tard son échec, elle se maudissait de n’avoir pas écouté la juste réponse qu’elle avait perçu sans faire confiance à son intuition. Elle hésitait sur la direction à prendre quand elle devait voyager  et demandait son chemin à chaque rencontre, pour souvent se perdre dans des directions contraires à celles qu’elle avait intimement choisi.

Elle cultivait le doute en permanence et elle souffrait beaucoup de ce handicap, elle s’étiolait, se dévalorisait dans ses hésitations.
Elle rêvait pourtant d’être plus subtile pour enfin entendre ce guide intérieur, ce cri d’une âme qui veut déployer sa lumière, cette petite voix qu’elle imaginait lumineuse et cristalline et rassurante…

Tant et si bien qu’elle n’osait partager ses savoirs, bridée par ce profond manque de confiance, bien ancré, qui empêchait sa vocation de s’épanouir, mais elle parlait toujours aux arbres et aux fleurs dans le secret de son coeur, elle se ressourçait près de la cascade fraîche où l’avaient guidé ses pas, un matin dans la beauté du soleil levant.
Le trésor en elle palpitait en secret de la beauté qui ouvre le coeur.

 C’est ainsi que  Cerato,  de la tribu des guérisseuses, tout de bleue vêtue, était apparue sur son chemin un jour que la belle enfant descendait  une ravine ensoleillée, cueillant un lumineux bouquet bleu d’un azur profond et satiné.
Quand elle lui posa ses sempiternelles questions, elle reçut de la guérisseuse une réponse : en silence  sur ses lèvres deux gouttes de l’élixir qui portait son nom.

Et la belle jeune femme goûta pour la première fois la fleur de son bouquet bleu devenue élixir de Cerato…

Alors, un sourire heureux enfin, apaisé,  illumina son visage, lui restituant toute sa beauté, toute sa vitalité; une étoile scintilla au coeur de ses yeux. Le voile des doutes s’était dissipé comme la brume d’un matin d’été la laissant fraîche d’une assurance nouvelle, de certitudes inconnues et rassurantes.

Oui, elle avait toujours su !
Oui, tout ce qu’elle savait venait du coeur, de l’amour qu’elle portait à ses montagnes
et c’était cela son trésor à partager,
sa richesse intérieure,
ce qui la rendait Unique,
ce chemin qu’elle seule pouvait suivre,
dans la joie…

C’est l’écho venu des grands vents qui me l’a dit, depuis ce jour, elle   savoure  chaque instant et retrouve, une à une,   toutes ses facultés, tous ses pouvoirs.

Pour finir leur histoire jusqu’à son dernier mot , ils chuchotaient encore en se dispersant qu’aujourd’hui, elle  enseigne le Yoga et qu’elle avance sûre d’elle et de son chemin…

"CERATO"

“CERATO”

Vues : 121

error: Content is protected !!